Ni de Gauche ! Ni de Droite !! Ni du Centre !!! (9)

"L'Etat dot continuer à donner plus de souplesse au marché du travail "

Dixit notre actuel Président lorsqu'il était ministre de l'économie, dans les colonnes de "Le Parisien du 12 novembre 2015".

REGARDONS CELA DE PLUS PRES !!!

Il s'agit, pour lui, d'une invitation des pouvoirs publics, du gouvernement auquel il appartient à prendre le chemin de "la flexibilité du marché du travail " !
Le ministre, a-t-il l'impression de dire tout haut ce que les Français pensent tout bas ?

Ca n'est peut être pas le cas de toutes et tous mais le ministre, quant à lui, donne l'impression qu'il en est persuadé.
Il pense fortement que la France se meurt d'un marché du travail surprotégé, tout droit sorti des "Trente Glorieuses". Que les entrepreneurs, écrasés par les cotisations sociales, voudraient recourir facilement à un volant de main d'œuvre disponible, moduler le Smic en fonction de l'âge du travailleur, licencier quand c'est nécessaire sans se heurter à une administration protectrice et peu à même de comprendre les nécessités du pays. (sic).
Et j'en rajoute !
Je ne puis m'empêcher de l'entendre fortement penser que " Si nous avions su faire les réformes structurelles du type de celles opérées par nos amis anglais, allemands ou américains, nous serions au plein emploi aujourd'hui".

Qu'en est-il vraiment ?

La France est-elle cette exception européenne peuplée d'"enfants gâtés"? En fait, ces trente dernières années un certain nombre de réformes ont flexibiliser le marché du travail français sans que le chômage ne recule . C'est pire, il n'a fait que croître ! Même les milliards de cadeaux au patronat sur promesse de création d'1 million d'emploi n'ont pas été suivis d'effet !

En effet, depuis trente ans, la France n'a cessé d'augmenter la flexibilité du travail !

Eh! OUI !! Donner plus de flexibilité au marché du travail, aller plus loin que la Loi EL KHOMRI : tels sont les objectifs d'Emmanuel MACRON pour transformé le modèle économique français qu'il juge sclérosé !

En fait que souhaite-t-il vraiment ?

Plus de souplesse, des rémunérations ajustées aux variations de la production, un code du travail "simplifié " et les entreprises, fortes de cette liberté retrouvée, embaucheraient du Lundi au Dimanche ! La France serait alors compétitive et retrouverait le plein-emploi.

Chiche, mais Monsieur le Président ne rêvez-vous pas debout alors que ....

Les faits le montrent,La France est loin d'être le pays ayant refusé de donner plus de flexibilité à son marché du travail. Depuis 1980, le recours aux emplois temporaire a été multiplié par 5 pour l'intérim, par 4 pour les CDD et par 3 pour les stages et les contrats aidés.
La part des CDI dans l'emploi a diminué, passant de 94% en 1982 à 86% en 2012. Ainsi, 87% des nouvelles embauches se font aujourd'hui en CDD.
Une étude de l'INSEE (2014) a montré que les salariés en CDD et en intérim demeurent dans la précarité et que ces types d'emplois constituent rarement des tremplins vers un emploi durable. D'autres études montrent que chaque génération occupe moins d'emplois stables que la précédente.

!En dépit de ce bilan peu glorieux - puisque le chômage n'a eu de cesse que de progresser - ce désir de réforme n'a pas trouvé de limite : pas moins de 17 réformes sur la protection de l'emploi ont été réalisées en France entre 2000 et 2013.

Comment pouviez-vous malgré tout, Monsieur le Président, et malgré tout le pensez-vous peut -être encore- estimer que la volonté réformatrice a été trop timorée et que la france n'en a pas fait assez ?

Et les exemples étrangers que nous indiquent-ils ?

L'indicateur Labref de la Commission Européenne montre que certains Etats ont beaucoup plus fortement libéralisé leur marché du travail. C'est le cas de l'Italie (47 réformes votées sur le même période de 2000 à 2013), l'Espagne (39 réformes) ou de la Grèce (23 réformes). Or dans ces pays, le chômage atteint des niveaux records : 27% de la population active en Grèce et 25% en Espagne avec pius de 50% chez les jeunes.

Y a -t-il un consensus scientifique sur le lien entre flexibilité et créations d'emplois ?

En 1994, l'O.C.D..E (Organisation de Coopération et de Développement Economique), à grand renfort d'arguments sortir des meilleurs travaux de recherche, avait enjoint à tous les pays d'emprunter la voie de la flexibilité et de déréglementation de leur marché du travail. Pourtant, après 10 ans de réformes "assouplissantes" et autant de mauvais résultats en terme d'emploi, cette institution se ravisait dans ses perspectives en 2004 et affirmait qu'aucune étude économétrique ne pouvait établir pleinement une corrélation entre le degré de protection de l'emploi et le niveau de chômage.
Une autre étude, conduite par deux chercheuses de la Sorbonne, a dressé un état des lieux de l'ensemble des connaissances scientifiques __sur le lien entre flexibilité du marché du travail et baisse du chômage,_ _montre qu'il n'y a pas de consensus sur la question.

Permettez-moi Monsieur le Président de vous poser la question de savoir comment vous pouvez persister dans cette voie?

!Autorisez-moi, Monsieur le Président, à suggérer que ce n'est peut-être pas dans l'état du marché du travail qu'il faut chercher les causes du problème, mais plutôt dans l'absence de croissance due à des politiques économiques mal calibrées.

La réduction des déficits à partir de 2011 - alors même que les Etats-Unis creusaient les leurs (sic) ne se souciant que de leur croissance (re-sic) -a sapé la reprise économique. Or, on sait que réduire le déficit en période de crise revient à réduire l'activité économique. D'ailleurs, en 2015, le déficit est revenu à son niveau de 2008 "sans qu'on observe aucune amélioration sur le niveau de l'emploi".

Ainsi, affirmer que la flexibilité génère plus d'emploi est une contre-vérité.
En érigeant pourtant ce principe au rang des vérités, Monsieur le Président, vous renouez clairement avec une logique libérale qui fait du travail une variable d'ajustement.
CHERCHEZ L'ERREUR !!!

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet